• Littérature - La naissance du dragonVoici une séance sur un légende d'origine chinoise : La naissance du dragon (histoire, calligraphies et sceaux de Wang Fei, texte de Marie Sellier, illustrations de Catherine Louis).

    C'est l'histoire de la "naissance du dragon" ou comment réunir des hommes quand les esprits qui sont censés les protéger les séparent ? Eh bien... on crée le dragon, esprit supérieur et fédérateur des tribus de la Chine. Après, est-ce vraiment pour cela qu'il est célébré chaque année au moment du nouvel an chinois, ça... Quoi qu'il en soit, la légende est très belle.

    Et le livre est très beau, avec ses illustrations, sa calligraphies chinoises et ses sceaux qui ne manqueront pas d'éblouir et de transporter les enfants.

    Le petit plus du livre qui fait qu'il faut à tout prix l'acheter Littérature - La naissance du dragon : est joint un dépliant de calligraphie chinoise, pour reproduire le nom et le sceau de chaque esprit protecteur et du dragon.

    Et voici :

         Littérature - La naissance du dragon La fiche de préparation :

    Littérature - La naissance du dragon

         Littérature - La naissance du dragon Le tapuscrit et le questionnaire :

    Littérature - La naissance du dragon

         Littérature - La naissance du dragon Le tout en format modifiable WORD :

    Littérature - La naissance du dragon


    votre commentaire
  • Littérature - Le Petit Prince

    Voici ma proposition de séquence sur ce magnifique conte qu'est Le Petit Prince. On ne le présente plus, si !?

    J'ai longtemps hésité avant de me lancer dans l'étude de ce texte avec mes élèves. Pourquoi ? Parce que difficile, mine de rien. Et puis peur de trahir les intentions de l'auteur, peur de mal m'y prendre, de perdre les élèves, que sais-je encore !

    Et puis un jour... je me suis lancé ! Allez, hop ! Tentons ! Et ça marche bien !!! Les enfants adorent vraiment ; ce n'est pas une légende. Ce texte a bien une magie qui opère sur les enfants (et les plus grands !)

    Alors bien sûr, je ne dis pas que ma séquence est parfaite. Mais bon... voici ce que je peux vous proposer si, comme moi, vous aussi vous voulez tenter l'expérience.

    La séquence est organisée comme suit : 

    • Séance 1 : Entrer dans l'oeuvre.
    • Séance 2 : Etude de la dédicace.
    • Séance 3 à 9 : Etude des chapitres 2 à 27.

    À savoir que je n'ai pas fait de fiches de préparation à proprement parlé. Mais pour faire simple, elles se déroulent toutes de la même manière dès la séance 3 :

    1. les élèves (qui, normalement, ont lu les chapitres la veille au soir avant de venir en classe) répondent aux questions portant sur le(s)dit(s) chapitres... ce qui veut dire que vous devez leur distribuer à la fin de chaque séance le(s) chapitre(s) sur le(s)quel(s) ils seront interrogés la fois suivante ;
    2. on fait une lecture à voix haute du(des) chapitre(s) avant la mise en commun ;
    3. lorsqu'on rencontre un nouveau personnage, j'affiche sa "fiche d'identité"

    Pour ce qui est de la séance 1 : les élèves collent dans leur cahier de littérature la première de couverture du livre, le questionnaire et répondent aux questions.

    Quant à la séance 2 : je lis le chapitre 1 après la mise en commun et la correction des questions.

    Enfin, vous verrez en survolant le tapuscrit qu'il manque certains chapitres (notamment ceux où le petit Prince voyage de planètes en planètes). C'est un parti-pris, je ne me suis concentré que sur le caractère du petit Prince, son voyage terrestre et son départ. Ces chapitres, ou je leur lis en lecture offerte, ou je les leur résume.

    Et voici : 

         Géographie CM2 - Les paysages touristiques Le tapuscrit (pour si comme moi vous n'avez pas la série dans votre école !) :

    Littérature - Le Petit Prince

         Géographie CM2 - Les paysages touristiques Les questionnaires :

    Littérature - Le Petit Prince

          Géographie CM2 - Les paysages touristiquesLes affichages (différentes premières de couverture + fiche d'identité personnage) :

    Littérature - Le Petit Prince

         Littérature - Le Petit Prince Le tout en format modiafiable WORD :

    Littérature - Le Petit Prince

     


    24 commentaires
  • Divers - Révisions à la manière des incollablesM'interrogeant cet été sur une manière de rendre les révisions ludiques en classe (vous savez, ces moments de métacognition dont on n'arrête pas de nous rebattre les oreilles à l'IUFM !!!), je suis tombé sur cet article du site de Charivari (on ne le présente plus !!!)

    Elle y présente un système de révisions basé sur l'utilisation d'un cahier qui fonctionne à la manière des questionnaires des Incollables. Mon article n'a pas pour vocation de plagier son travail, mais avant d'avancer, il me faut pourtant vous expliquer comment ça marche (attention, ceci est mon interprétation personnel du travail de Charivari) :

    1. Chaque soir, un élève pose une question au reste de la classe concernant ce que nous avons appris au cours de la journée ;
    2. La question est numérotée et notée au recto d'une page du cahier dit "d'Incollables" ;
    3. La réponse une fois, énoncée par un autre élève, est notée au verso.

     

    Donc en début d'année, je me lance dans l'aventure. Ca marche très bien et très fort auprès des élèves qui se prêtent au jeu avec plaisir. Chaque soir, ils sont dans la demande. Quand j'oublie, ils me le rappellent ; et quand on n'a vraiment, mais vraiment pas le temps de le faire, ça souffle et soupire !

    Là où ça m'ennuie, c'est que j'ai donné un cahier d'Incollables à chaque élève au lieu d'en faire un commun à la classe. Du coup, pas toujours le temps de les corriger (34 CM2 en classe !!!), et les élèves repartent parfois avec des cahiers bourrés d'erreurs en tout genre !

    C'est là qu'arrive ma petite touche personnelle : un mix entre le travail de Charivari et la présentation toute proche des questionnaires des Incollables. Je m'explique... tous les soirs, on continue le rituel de poser une question à l'ensemble de la classe sauf que, maintenant, c'est moi qui la recopie sur WORD, avec une mise en page perso qui ressemble à celle des vrais Incollables (une icône par matière, carte colorée, question devant/réponse derrière...)

    Et à présent, nous avons en classe une série de questionnaires à la manières des Incollables créés à partir de ce que les élèves appris au cours de leur journée.

    Divers - Révisions à la manière des incollables Si vous aussi vous voulez faire des questionnaires à la manières des Incollables, voici le fichier modifiable :

    Divers - Révisions à la manière des incollables

     


    37 commentaires
  • Littérature - Les haïkus à l'écoleJ'adore, j'adore, j'adore, j'adore...!!!

    Bon, c'est sûr, je pense qu'à la base il faut en avoir lu, s'être renseigné sur le sujet et avoir appris à les aimer avant de pratiquer le genre en classe. Mais croyez-moi, ce style poétique d'origine japonaise rencontre un certain succès auprès des élèves une fois que vous décidez de vous lancer.

    En effet, parce que ce sont des textes courts et percutants, ils n'en laissent aucun indifférent. De plus, ils font un parfait support de travail en production d'écrit (toujours grâce au fait que ce soit des textes brefs... ce qui ne décourage pas les élèves, même les plus réticents !)

     Préambule

    D'origine japonaise, le haïku est un poème extrêmement court qui vise à dire, exprimer, décrire l'évanescence et la brièveté des choses. Ce poème comporte traditionnellement 17 syllabes découpées en trois vers (5-7-5), et est calligraphié sur une seule ligne verticale. Le haïku contient le plus souvent une notion de saison.

    Comment je fonctionne en classe ?

    Littérature - Les haïkus à l'écolePendant toute une semaine, j'en lis beaucoup en classe en lecture offerte. Avant ou après les récréations et les différentes pauses, entre deux moments de classes. Voici deux ouvrages bien sympas achetés pour l'occasion et que mes élèves adorent lire quand ils ont un moment de libre.

    Littérature - Les haïkus à l'école         Littérature - Les haïkus à l'école

    Littérature - Les haïkus à l'écoleAprès cette semaine de "découverte", j'en choisis 5 ou 6 parmi ceux que j'ai lus en classe. Ces haïkus sont recopiés dans le cahier de poésie mais n'ont pas pour vocation d'être appris puis récités. En revanche, nous étudions la structure de chacun d'eux (c'est un genre très codifié : 3 vers de 5/7/5 pieds). Nous observons aussi le vocabulaire employé et les thèmes évoqués (le plus souvent il s’agit d’une saison, de la nature, des animaux, des sentiments...), nous faisons des banques de mots.

    Littérature - Les haïkus à l'écoleVient ensuite le travail de production d'écrit. Pour cela :

    1. J'ai sélectionné des vers de haïkus lus en classe ou que j'ai inventés. Ceux-ci ont été recopiés sur des petits carrés de papiers colorés et plastifiés. Deux couleurs : orange pour les vers de 5 pieds, vert pour les vers de 7 pieds.
    2. Les élèves sont groupés par deux. Chaque binôme reçoit 6 carrés orange et 3 carrés verts face cachée sur la table. Au top, il en retourne trois dans cet ordre: 1 orange, 1 vert, 1 orange (ceci dans le but de respecter la composition dégagée plus haut). Voici qu'ils viennent de créer un nouveau haïku qu'ils peuvent recopier sur leur cahier de poésie.
    3. Nouveau tirage: cette fois, je leur distribue un carré orange vierge. Après avoir tiré 1 carré orange puis un carré; vert, ils devront inventer le dernier vers (qui correspond au carré vierge). Un troisième tirage pourra être fait avec, cette fois, deux carrés orange vierges. Chaque haïku créé est recopié dans le cahier de poésies.
    4. Au cours d'une nouvelle séance, je leur demande de créer de nouveaux haïkus. Combien ? Autant qu'ils veulent. Vous verrez comme ça marche bien. Certains m'en ont écrit une dizaine. Je n'en demandais pas tant !!!

     

    Littérature - Les haïkus à l'écoleDes prolongements possibles :

    1. Je leur demande d'illustrer un des haïkus qu'ils ont créés à la manière des estampes japonaises (encre de chine et tout le toutim...)
    2. Des poèmes sont lus aux CE1 d'une de mes collègues qui auront pour mission que de l'illustrer en 5 minutes top chrono! Support: un carré 10x10 de canson blanc, un marqueur noir et c'est parti. Les illustrations seront alors agencées de manière à former un cadre autour dudit haïku qui aura été tapé à l’ordinateur.
    3. On pourra lire en parallèles des albums et des contes d'origine asiatique (La montagne aux trois questions, La naissance du dragon...) et étudier les estampes japonaises en Histoire des Arts et en Arts visuels. 

     

    Littérature - Les haïkus à l'écoleEt voici ce que je vous propose :

    • Les feuilles de vers recopiés (à photocopier sur du papier de couleur et à plastifier) :

    Littérature - Les haïkus à l'école

    • La fiche d'identité pour le cahier d'Histoire des Arts :

    Littérature - Les haïkus à l'école

    • Des haïkus à afficher sur la porte de la classe (c'est ce que je fais pour "interpeler" la curiosité des élèves et leur donner l'occasion de "lire autrement")

    Littérature - Les haïkus à l'école


    29 commentaires
  • Affichages - Les (maisons des) natures de motsJe ne sais pas pour vous, mais moi, dans ma classe, les natures de mots, c'est la cata'! Le flou artistique complet pour pas mal de mes élèves.

    Alors, depuis le début de l'année et ce constat effarant, j'ai cherché un moyen d'organiser tout ça (le joli bazar dans leur petite tête) et d'éclaircir les choses. Et je crois que j'ai trouvé...

    Je me suis inspiré des maisons des sons et autres maisons des nombres (voir affichages de calcul pour les CP) et je les ai transposées dans le domaine de la Grammaire pour en faire des "Maisons des natures de mots". Alors, oui, ça pourrait paraitre "bébé", mais pour les avoir mises en place dans ma classe depuis 2 semaines, je peux vous dire que ça marche bien et que ça a fait son petit effet (sur tous les plans)

    Comment je/ça fonctionne ?

    1. Chaque maison a été photocopiée en A3 (141%) et plastifiée,
    2. Chaque maison a une couleur de toit différente :  déterminants, noms communs, adjectifs, verbes, prépositions,  conjonction de coordination, pronoms relatifs.
    3. Ces couleurs sont réutilisées le matin pour l'analyse de la phrase du jour au tableau (G.N. soulignés en bleu, noms noyaux encadrés en bleu, ajdectifs soulignés en vert, verbes en rouges, compléments du nom en gris, propositions subordonnées relatives en violet, propositions séparées par des crochets jaunes...) Ce sont les mêmes couleurs qui sont utilisées à chaque mot qu'il le faut en grammaire.
    4. Les maisons des noms, des adjectifs et des verbes sont vides car je les remplis avec les élèves (avec des mots qu'ils me donnent, que nous rencontrons au cours de nos diverses leçons, des mots du jour = rituels du matin fait avec le calendrier des incollables).

    Voilà... je pense avoir tout dit sur mes maisons. Maintenant, si vous voyez autre chose, une question, une amélioriation, une critque... n'hésitez pas !


    10 commentaires